Votre espace

l'offre d'emploi


Mots de l'expert

Imprimer la pageMesurer l’efficacité des formations : une nécessité

La réforme de la formation professionnelle a bousculé le métier de la formation, à tel point que celui-ci nécessite d’être repensé pour rester au diapason des attentes, tant des entreprises que de celles des individus. Aujourd’hui plus encore qu’hier, la formation est perçue par les dirigeants comme un investissement : le temps et l’argent consacré à la formation doivent servir la compétitivité de l’entreprise, et en parallèle participer à la sécurisation des parcours, en permettant l’accès à une certification ou à un diplôme. Cela implique pour les professionnels de la formation, non seulement de proposer des modalités de formation adaptées aux besoins et aux contraintes des entreprises (des formations modulaires et capitalisables – en écho au CPF notamment -, de l’enseignement à distance…), mais aussi d’être en capacité de prouver l’efficacité des formations.

Les entreprises appliquent déjà des techniques de mesure pour évaluer les programmes proposés au sein de leurs organismes de formation internes. Une démarche qualité qui a inspiré le SFC de l’Université de Strasbourg : à la fin de l’année, il sera le premier service de formation continue universitaire de France à être certifiée « Kirkpatrick ». Ce modèle d’évaluation de la formation, développé par le chercheur américain Donald Kirkpatrick, comporte quatre niveaux, et est de plus en plus utilisé par les entreprises et les OPCA.

Le SFC de l’Université de Strasbourg était déjà certifié ISO 9001 pour le degré de satisfaction de ses stagiaires à l’issue de leur formation, compétence qui correspond au niveau 1 du système Kirkpatrick. Demain, nous intégrerons systématiquement le niveau 2 du modèle : il s’agira d’attester l’acquisition par les stagiaires des connaissances et compétences transmises. Les deux niveaux de mesure suivants correspondent respectivement à la mise en œuvre sur son poste de travail des connaissances acquises par le salarié, et à l’impact de la formation sur les résultats de l’entreprise. Ces deux évaluations seront envisagées en lien avec chaque entreprise.

L’Université de Strasbourg confirme ainsi son engagement de qualité, et sa volonté d’accompagner les entreprises dans une gestion toujours plus optimale de leur plan de formation. Il en va de la compétitivité de notre territoire !

Marc PONCIN,
directeur du Service Formation Continue de l’Université de Strasbourg

© Unistra