Votre espace

l'offre d'emploi


Mots de l'expert

Imprimer la pageGros plan sur les services à la personne

Nous vivons dans un monde criblé d’indicateurs, de taux, d’indices. A défaut d’être toujours parlants, ils dardent sur chacune de nos initiatives leur regard froid : indicateurs de qualité et de performance, taux d’emploi et son revers, le taux de chômage, indice des prix à la consommation… En 1990, l’économiste indien Amartya Sen a développé un indice de développement humain, qui intègre des critères comme l’espérance de vie, le taux d’alphabétisation ou le niveau de vie. Mais s’il fallait créer un indice du bienêtre au quotidien, sans doute le recours aux services à la personne serait-il un facteur majeur de l’équation,

Bien-être pour les bénéficiaires

En France, les services à la personne se répartissent en trois catégories majeures : les services à la famille, les services de la vie quotidienne, les services aux personnes âgées, handicapées ou dépendantes. Soutenus par les pouvoirs publics, notamment dans le cadre du Plan de cohésion sociale de 2005 et du Plan 2 de 2009, ils entendent répondre aux besoins générés par des évolutions socioculturelles fortes : le vieillissement de la population, l’aspiration des actifs à mieux concilier vie professionnelle et vie personnelle, ou encore l’informatisation des foyers sont autant de tendances clés qui, à moyen terme en tout cas, promettent aux services à la personne un bel avenir.

Réservoir d’activité pour les prestataires et prestataires potentiels

Pour répondre à cette demande croissante, 19 000 organismes agréés proposent une offre de services caractérisée par l’intégration progressive de nouveaux métiers et le recours aux avantages fiscaux comme « facilitateurs ». En 2009, les services à la personne ont ainsi permis de créer 16 000 postes en équivalent temps plein et affichaient une progression de 1,5% en termes d’heures travaillées.

Cohésion et pérennité pour les territoires

Si les services à la personne constituent un secteur d’activité en pleine structuration, ils sont aussi structurants au niveau local. Ils contribuent à l’attractivité des territoires et à leur cohésion, par exemple, en participant à l’offre de soins aux personnes, en revitalisant le lien social, en ouvrant de nouvelles perspectives en matière d’emploi professionnalisé et non délocalisable. Pour les prestataires comme pour les utilisateurs, ils apportent ainsi leur pierre à une meilleure qualité de vie.

Ce secteur dynamique et évolutif sera à l’honneur lors du Salon des Services à la Personne, qui se tiendra au Palais des Congrès de Strasbourg le samedi 22 mai prochain, ce sera l’occasion d’échanger en direct sur tous les aspects de ces nouveaux métiers. Venez nombreux !


Vincent HORVAT
Directeur de la Maison de l’emploi et de la formation du bassin de Strasbourg